L’influence des régimes politiques sur le bonheur du peuple.

« Il travaille volontiers à leur bonheur, mais il veut en être l’unique agent et le seul arbitre. »

Ici, Alexis de Tocqueville établit une comparaison intéressante entre le pouvoir politique et la puissance paternelle. En effet, leur rôle est similaire en tant que le pouvoir politique conduit le peuple au bonheur, de même qu’un père amène son enfant à ce que l’auteur appelle « l’âge viril ».

Comment les régimes politiques influencent-ils le bonheur du peuple ?

Un système démocratique qui divise.

Selon Abraham Lincoln, « la démocratie est le pouvoir du peuple, par le peuple et pour le peuple ».

Aujourd’hui, les politiques sont persuadés d’avoir trouvé le meilleur régime, ou du moins, le moins mauvais des régimes, à savoir la démocratie. Mais ce système regroupe beaucoup de défaillances qui mettent en danger le bonheur du peuple.

La démocratie confère de nombreuses libertés aux individus, notamment la liberté de penser, la liberté d’expression etc. En France, le système démocratique permet à la société de se développer de manière autonome, cependant guidée par un pouvoir politique en place, à l’écoute du peuple.

La démocratie permet une diversité de l’opinion publique. Cela est remarquable notamment lors de chaque élection, où les citoyens doivent choisir un parti politique parmi une multitude. Cette multiplication des partis, observable depuis le début de la 5e République, permet aux citoyens d’être représentés, mais également de se forger une culture politique afin de mieux comprendre les fonctionnements du système.

Pourtant, parallèlement à l’augmentation des partis, on observe un phénomène de bipolarisation de la société. Cela s’explique en France par la prédominance des deux partis suivant, à savoir le Parti Socialiste et Les Républicains. Ce phénomène divise la société sur des sujets divers, c’est pourquoi, en France, les citoyens tentent de trouver une alternative à ce bipartisme caché.

En se tournant vers des partis plus petits et plus convaincant, la société pense avoir trouvé une solution. En effet, se trouvant éloignée de la vie politique, les citoyens sont aujourd’hui séduits par les discours contestataires et réactionnaires de ces néo-partis. C’est ce phénomène que les sociologues et politologues appellent le populisme. S’estimant mieux représentés, les individus développent un sentiment de bonheur, mais ne serait-ce pas qu’une illusion ? En ce sens, le bonheur ne serait-il pas éphémère ?

Le totalitarisme comme illusion du bonheur.

« Les mouvements totalitaires avaient moins besoin de l’absence de structure d’une société de masse, que des conditions spécifiques d’une masse atomisée ».

Dans son ouvrage Le système totalitaire, Hannah Arendt nous livre sa vision du totalitarisme et de la violence qui en ressort. Ici, on remarque que la division d’un peuple est un outil favorable à l’instauration et au développement d’un régime autoritaire, puis totalitaire.

Dans la partie précédente, nous avons remarqué que le populisme intervenait la plupart du temps lorsque le peuple était divisé, notamment sur le plan politique. Mais cette division, dans un premier temps, est liée à des problèmes d’ordres sociaux (inégalités), qui sont appréhendés par les dirigeants politiques. Les gouvernements vont alors utiliser des discours populistes pour convaincre la masse.

Les citoyens se sentent donc plus heureux dans la mesure où ils sont accompagnés dans des problèmes auxquels ils sont directement confrontés. Mais dès lors que la masse a confiance en ses représentants, on peut craindre un surplus d’autorité de la part de ses dirigeants, s’estimant leaders du peuple.

Les risques sont grands. En effet, le premier risque est de voir le dirigeant octroyer une partie de la liberté au peuple, sans même que ce dernier ne se rende compte de cette perte d’autonomie. Les discours populistes de Donald Trump qui ont séduit la masse lors des élections de novembre 2016 permettent à l’homme politique de bénéficier de la confiance de ses électeurs. Cela peut être à craindre dans la mesure où le nouveau Président des Etats-Unis envisage certaines mesures radicales, notamment sur le plan sécuritaire.

Or, comme le dit Benjamin Franklin : « Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre et finit par perdre les deux ». Bien que cette citation pose la question de l’objectivité et de neutralité, elle est intéressante dans la mesure où l’on comprend que le but d’une société est la recherche du bonheur par le biais de sa liberté.

Si l’on rapporte cela au cas de la Corée du Nord, on comprend donc que le peuple nord coréen ne pourra être réellement heureux tant qu’il sera dominé par un chef charismatique, au programme ultra sécuritaire et octroyant toute forme de liberté. Cette situation est complexe, puisque les habitants du pays, éloignés du système mondial, s’estiment heureux dans la mesure où le pays se trouve en sécurité. Mais en ce sens, le bonheur ne serait-il pas illusoire et éphémère ? Comment est-il possible que le bonheur du peuple se soit construit dans une atmosphère de terreur ? Sans doute à cause des discours populistes précédant les élections législatives de 1948 en Corée du nord, puis la pérennisation d’un régime totalitaire par les descendants de Kim Il-Sung.

BTSA DATR DE MANCY

Le site du BTSA DATR de Mancy sera de nouveau bientôt pleinement opérationnel

11 + 5 =

Aude Rokosz, une Mancéenne au Québec

Le BTSA m’a apporté une certaine confiance en moi, il faut le dire. Grâce à cette formation, j’ai pu apprendre à monter des projets, à discuter avec de vrais professionnels et à travailler en groupe. Il a donc bien fallu que je surmonte cette partie de moi qui était introvertie pour que je puisse m’exprimer et mener à bien mes missions.

Les multiples ouvertures que possède le lycée, m’ont également permis de partir étudier au Québec, endroit qui me faisait rêver. J’y étudie désormais le tourisme et grâce à l’acquisition des connaissances de BTSA, je peux passer la formation en condensé, gagnant ainsi un an sur mes études, ce que j’apprécie grandement.

Aude ROKOSZ

Les jeux dans l’art, l’art du jeu

L’art est l’un des meilleurs moyens de communication depuis toujours, des peintures murales à la préhistoire, des fresques dans les églises au Moyen-âge… jusqu’à l’art visuel passant par l’art numérique des temps modernes. C’est pourquoi l’Homme a diversifié la création artistique qui est devenue indispensable dans la vie d’aujourd’hui, car l’art est partout. Le jeu dans l’art se traduit sous plusieurs formes, les jeux de lumières, les jeux de regards, les illusions d’optiques, et d’autres permettant aux spectateurs de comprendre l’artiste. C’est pourquoi l’étude des différents types de productions artistiques mises en scène par le jeu sont des vecteurs pour l’avenir, l’éducation, la culture, sont en phase avec la modernité. Des artistes peintres mondialement connus ont fait part de leurs œuvres concernant les jeux, comme « Le Tricheur à l’as de carreau » de Georges de la Tour (1636-1638) est une peinture à l’huile, celle-ci est incontournable à propos du thème du jeu. Ainsi que « Les Joueurs de cartes » de Paul Cézanne (1892-1895) qui est une peinture à huile sur toile. On retrouve des œuvres réputées en rapport avec les jeux de regards « La lettre d’amour » de Vemeer (1669-1670) représente une scène privée ou des jeux de regards intenses sont effectués entre deux personnes présentes dans une salle intime. D’autres œuvres plus modernes, avec plus de succès sont les illusions d’optiques où sont effectuées l’une des principales expositions sur ces sujets, à la Cité des Télécom. Celle-ci présente un art qui permet au cerveau de jouer des tours. Les jeux vidéo font partie aussi des arts en vogue en ce moment, cette nouvelle manière d’aborder l’art amène la jeunesse à découvrir les tendances artistiques de notre époque. C’est pourquoi les artistes s’inspirent de cette nouvelle ère pour développer de nouvelles œuvres. Les artistes mettent en place des moyens de communications entre eux et leurs spectateurs grâce aux peintures murales afin de faire passer des messages politiques, ou pour dénoncer des inégalités sociales ou encore seulement des messages pour laisser place à l’imagination du public. Par ailleurs, les artistes utilisent l’autoportrait soit par peinture, par photographie ou encore par sculpture, qui pour eux sont un jeu visuel, qui laisse place à l’imagination ou alors pour décrire leurs sentiments, leurs vies. Selon les plasticiens les œuvres peuvent être plus ou moins inventives suivant les messages qu’ils cherchent à délivrer. Donc l’art, et le jeu dans l’art peut s’exprimer de plusieurs manières suivant le but recherché par l’artiste, ou alors suivant le ressenti du spectateur face à la production artistique.

KLERCH Angéline

BROSSARD Sarah

Apprendre tout en s’amusant !

Depuis quelques années, on aborde le jeu comme un mode d’apprentissage chez les enfants, les élèves appelé Ludo-éducation. Le jeu est une activité très importante dans la vie. Il donne l’occasion de se dépasser, de se divertir tout en jouant.

Aujourd’hui, il est perçu par certain comme un moyen indispensable pour l’éducation, par d’autre comme un témoin du développement de l’enfant, ou même parfois il est considéré comme incompatible avec l’apprentissage et est une contrainte dans l’éducation.

On peut identifier différents types de jeux comme outils d’apprentissage dans l’éducation, tels que les jeux vidéo, les jeux d’échecs, les jeux d’éveil, les jeux sportifs etc.
Si pour la majorité, le jeu facilite l’apprentissage et le développement de l’élève, l’idée d’intégrer cet outil dans l’enseignement scolaire reste assez mitigée.

Nous avons axé notre dossier documentaire sur la problématique suivante : Le jeu a t-il une place fondamentale sur le développement des enfants et l’apprentissage scolaire ?

Le jeu est la source de divertissement et de plaisir et est défini sous différente forme (Jeu vidéo, Jeu d’échec, Jeu d’éveil, Jeu ludique, Jeu sportif…) Il est défini dans un premier temps comme une activité physique ou mentale, purement gratuite, qui n’a, dans la conscience de celui qui s’y livre, d’autre but que le plaisir qu’elle procure. Il est perçu également comme étant une activité qui présente un ou plusieurs caractères du jeu. D’autres sens encore sont attribués à ce mot : c’est un système de règles définissant un succès, un échec, un gain ou une perte.

L’efficacité et la pertinence de ces pratiques dépendent de la manière dont le jeu est introduit et mis en œuvre dans la classe, et surtout, du choix des jeux proposés. Il va de soi qu’il importe de s’informer, de se former pour sélectionner les jeux qui répondront à ces objectifs pédagogiques et qui seront adaptés aux élèves auxquels on les propose, dans la situation que l’on a pensée et organisée.

Les avantages potentiels du jeu
Le jeu est :
• une source de divertissement et de plaisir,
• un outil indispensable pour développer la motivation,
• une aide à la concentration des élèves,
• un encouragement à l’esprit d’autonomie et d’initiative des élèves,
• un support pour favoriser l’apprentissage de la citoyenneté et l’obtention de meilleure note

La formule « apprendre en s’amusant » est trompeuse. Elle draine des malentendus et des confusions, entre le jeu et la joie que procure une découverte intellectuelle. Parfois, on s’amuse en apprenant mais cela n’est pas évident à chaque fois.

On observe quelques aspects négatifs sur les méthodes pédagogiques, comme par exemples pour certains établissements, des récréations trop courtes qui ne permettent pas aux enfants d’organiser un jeu entre eux, ou de profiter pleinement. Ce moment négligé par les enseignants oppose l’organisation sociale spontanée des enfants et peut jouer sur leur comportement pendant les heures de travail.
On constate également que les sports collectifs peuvent favoriser le développement d’un élève pour lui-même et dans la société car, le fait d’avoir une activité de groupe a une place fondamentale dans le développement des enfants et l’apprentissage scolaire.

Alors qu’au contraire, les sports de compétition peuvent entraîner certains élèves dans une phase d’échec car le fait d’établir un classement entre les élèves induit que le premier se sentira valorisé et encouragé alors que les moins bons se sentiront inférieurs aux autres ce qui peut nuire à leurs résultats scolaires ainsi qu’à leur comportement.

Enseigner est un travail « sérieux » qui ne saurait prendre le risque d’être confondu avec celui, ludique, d’un animateur social par exemple, qui « joue » avec les jeunes dont il a la charge. Les enseignants ont la crainte de voir leurs positions devenir incertaines voire périphériques dans le processus d’apprentissage.

Le jeu est vecteur de communication
Le jeu permet :
• D’échanger, de partager au sein d’une équipe/ d’un groupe
• De s’exprimer, de clarifier sa pensée, de justifier ses choix, d’argumenter
• De perfectionner son langage
• De développer la communication entre les enfants et les parents

Le jeu a une place fondamentale sur le développement des enfants et l’apprentissage scolaire.

jeu

https://www.instit.info/sur-le-net/jeux-d-ecole.html#.Vo6c97_LK5I

Grâce au jeu, l’élève découvre qu’il a un rôle à jouer, une responsabilité au sein d’une équipe. L’élève acquiert des méthodes de travail, le sens de l’ordre, de l’enchaînement logique, du raisonnement, du travail en groupe. Il aide l’élève à développer des compétences exercées différemment et à d’autres moments à l’école, car de nombreux jeux sollicitent des connaissances et des savoir-faire qui sont l’objet même de l’enseignement.

KOSMINE Eloïse – KESKIN Leyla

BTSA DATR1

Une remise des diplômes mémorable

Une remise des diplômes mémorable

La remise des diplômes de la promotion 2015 a été un grand moment pour la vie du BTSA à Mancy.

En effet, profitant d’une des dernières apparitions de Marie-Odile Remond (coordinatrice historique du BTSA de Mancy) à cette remise des diplômes, beaucoup d’anciens (plus d’une cinquantaine) ont fait le déplacement pour saluer ce « pilier » du BTSA et lui prouver leur affection.

Voici quelques photos de ce bon moment passé tous ensemble.